top of page
  • janegardellicourt

_L'indispensable Supervision_


Je vous arrête tout de suite, il ne s'agit pas d'un super pouvoir de super héro. Il est question ici d'un super outil, d'un dispositif indispensable, relevant de la déontologie, à destination de tout professionnel exerçant dans la relation d'aide ( psychologue, psychiatre, psychanalyste, thérapeute, art-thérapeute). La supervision est proposée par un psychologue ou art-thérapeute faisant office de tuteur, de pair expérimenté pour le thérapeute afin de garantir un travail de qualité aux personnes accueillies par ce dernier. Le superviseur offre un espace-temps d'échange centré sur le discours du supervisé, sujet parlant de sa pratique professionnelle en tant que thérapeute et d'en faire l'objet d'une investigation, de réflexion, d'analyse et d'élaboration.


Ce travail pour un art-thérapeute peut s'atteler aux questions telles que:

  • la posture de l'art-thérapeute, son cadre, son identité professionnelle

  • les implications intersubjectives qui inscrivent l'art-thérapeute comme sujet agissant dans la relation thérapeutique par le mise en lumière des mécanismes de projection, de transfert et de contre-transfert, tout en tenant compte des aspects systémiques ( contexte, rôle institutionnel)

  • l'analyse de l'expérience clinique deviendra matière à l'approfondissement de concepts analytiques

  • la réflexion autour du dispositif art-thérapeutique proposé en séance et de ses en-je(ux)


La supervision permet d'exprimer ses difficultés, de penser les butées, les ratages éprouvés en séance comme des chances d'interroger sa pratique, de comprendre ce qui est en je(u) pour que cela n'agisse plus à l'insu du thérapeute et d'élaborer des pistes permettant de sortir des impasses thérapeutiques. Elle est l'occasion de garder cette part vivante du métier d'art-thérapeute si singulier, passionnant et complexe à la fois, de prendre du recul, d'enrichir et de faire évoluer la pratique. C'est à ce titre que cet échange théorico clinique peut se constituer comme un espace de formation continue dans la pratique d'un art-thérapeute.

La supervision peut être initiée à différentes étapes de la vie professionnelles ( impasse clinique, changement de contrat ou de lieu d'exercice, nouveau public, changement de statut : salarié à libéral ou inversement, ou lors de l'élaboration de nouveaux projets). Ainsi même, lorsqu'on est en formation ou jeune diplômé, cet outil donne matière à réfléchir sur le cadre et le dispositif, à penser la singularité de la relation thérapeutique, contribue à travailler les concepts analytiques et l'articulation entre art et thérapie. La supervision accompagne aussi au cheminement professionnel et l'installation, et aide à la construction de l'identité professionnelle.



En somme, tout bon professionnel ne peut en faire l'économie dans l'intérêt de celui qui s'adresse à lui car il garantit ainsi un espace sécure d'accueil, d'élaboration et un dispositif thérapeutique opérant. Un superviseur, c'est comme un thérapeute, ça se choisit, on peut être amené à en rencontrer plusieurs avant de trouver celui qui convient. Une fois choisi, c'est un engagement bilatéral qui s'établit car lui-même continue à exercer, à se former et à être superviser. Bon! je vous l'accorde, c'est un peu les poupées russes cette histoire, il se cache toujours un superviseur derrière un thérapeute.


Osez la supervision, contactez un professionnel ! Contactez moi.

138 vues0 commentaire

Comments


bottom of page